Espaces verts de la Ville de Vichy

espaces-verts.ville-vichy.fr

4 idées nature pour s’occuper pendant le confinement à Vichy !

4 idées nature pour s’occuper pendant le confinement à Vichy !

Publié le 17/04/2020

#1 : Participer aux observatoires de biodiversité participatifs :

Du fait du recul des activités humaines durant la période de confinement, la nature revient en ville ! Elle est tout du moins plus visible. Sans rentrer en conflit avec l’essence même de la ville et de ses usages, les animaux ou les végétaux spontanés peuvent se faire remarquer de façon tout à fait singulière : se faire réveiller par des chants d’oiseaux ou être surpris par un papillon en sortant de chez soi.

La diversité urbaine est d’une richesse insoupçonnée et chacun d’entre nous peut devenir l’espace d’un instant ou de quelques jours un naturaliste en herbe. Pour nous aider, des protocoles très simples ont été mis au point par des institutions publiques (Muséum National d’Histoire Naturelle) et des associations (Ligue de Protection des Oiseaux). Ces outils sont accessibles librement sur internet ou via des applications dédiées.

Durant la période de confinement, le service « Espaces verts » de la Ville de Vichy vous propose de découvrir certaines d’entre elles :

  • BirdLab, un jeu pour observer les oiseaux à la mangeoire :
  • Spipoll : Devenez un véritable paparazzi des pollinisateurs ! Photographiez les insectes en train de butiner, puis identifiez-les grâce à la clé de détermination en ligne :
  • Opération papillon ! Première expérience d’observatoire grand public de la biodiversité en France :
  • L’observatoire des bourdons : L’observatoire des bourdons est un observatoire porté par le groupe associatif Estuaire et le Muséum national d’Histoire naturelle. En participant vous aidez directement les scientifiques à améliorer les connaissances sur les bourdons, et à comprendre l’impact de l’urbanisation, du climat ou encore des pratiques au jardin sur ces espèces. Pour participer nul besoin d’être spécialiste, les comptages peuvent se faire dans un jardin privé ou sur un balcon.

#2 : Créer une micro-prairie :

Pendant le confinement nous pouvons avoir tendance à remarquer le moindre brin d’herbe qui dépasse de notre plate-bande. Loin de créer le chaos dans votre jardin, cette végétation spontanée permet à un cortège d’insectes et d’oiseaux de participer à l’équilibre de l’écosystème urbain et donc à la qualité de vie Vichyssoise.

Chaque fleur de votre lopin de terre (qu’il soit de 1 m² ou de plusieurs hectares), de la pâquerette à la vipérine commune, présente un intérêt : il s’agit de la biodiversité ordinaire, non moins importante, qui offre tout au long de l’année, nourriture et refuge aux êtres vivants en ville.

Afin de mieux la gérer et surtout de lui permettre de s’exprimer, il s’agit d’adopter un principe simple si vous possédez un brin de pelouse : arrêter de tondre sur une surface définie la pelouse et observer. Vous pourrez observer de nombreuses espèces jusque-là réprimées où dessiner des motifs dans votre jardin. Et pourquoi pas un labyrinthe ?


#3 : Apprendre le nom des arbres devant chez soi :

Vous n’aviez jamais eu le temps de vous poser cette question : Quel est cet arbre devant chez moi ? Sa floraison est remarquable ou sa ramure vous impressionne. Il vous suffit de poursuivre votre navigation sur ce site internet, rubrique  » arbres « , pour découvrir notre carte interactive et le patrimoine arboré de la Ville de Vichy :


#4 : Mettre en place un paillage :

Cette technique horticole s’est développée à la faveur de changements de pratiques et de nouvelles contraintes réglementaires (interdiction des produits phytosanitaires dans les jardins particuliers depuis 2019) et consiste à mettre en place une couche de matière organique de 10 à 20 cm constituée principalement de débris végétaux (tonte y compris).

Elle a l’avantage de ne rien coûter et de pouvoir être associée à une autre pratique durable : l’arrêt de l’export des déchets d’autant plus pertinent qu’il est préférable pour chacun de rester chez soi. En termes agronomiques, le paillage présente des avantages aujourd’hui éprouvés :

  • Limite le développement d’adventices (si les horizons superficiels du sol ne sont pas perturbés) voire facilite les opérations de désherbage (étiolement de la plante)
  • Protège le sol de l’érosion, de la battance et du tassement
  • Limite l’évaporation du sol et donc les besoins en arrosage
  • Améliore la structure du sol par un rehaussement de son taux de matière organique
  • Améliore sa fertilité par l’apport d’azote
  • Limite les écarts de température et favorise l’activité biologique du sol
  • Abrite de nombreux insectes auxiliaires comme les carabes et staphylins

Il suffit de fragmenter les déchets végétaux et de les disposer au niveau du sol. Les organismes qui y vivent (champignons, insectes et bactéries) se chargeront du reste. Si vous disposez d’un broyeur, tant mieux, sinon un peu d’huile de coude (au sécateur ou à la bêche) et le tour sera joué, sachant que les fragments peuvent être relativement gros. L’idée étant de constituer une couche perméable à l’air et à l’eau au-dessus du sol mais ne laissant passer que peu de lumière.